top of page

Client mieux protégé avec VG Expert

Devez-vous payer une facture outrageusement élevée d'un entrepreneur?

 

Cela vous est peut-être déjà arrivé : la facture finale d'un entrepreneur liste des éléments supplémentaires par rapport au devis que vous avez accepté. Par conséquent, vous devez payer un prix plus élevé. Si le coût supplémentaire est minime, vous froncez probablement les sourcils, mais vous payez consciencieusement. Mais où tracez-vous la ligne ? A partir de quand une facture est-elle déraisonnable ?

Si, pour des raisons de circonstances, vous n'avez pas pu demander un devis à différents entrepreneurs avant de faire exécuter les travaux, il est conseillé de faire vérifier le devis, même après l'exécution des travaux, par l'architecte ou un expert en construction. S'il est établi que l'entrepreneur que vous avez engagé sous la pression des circonstances n'a pas pratiqué des prix raisonnables, il est préférable de le signaler à l'expert en construction dès que possible après réception de la facture. La partie non contestée de la facture pourra être payée à l'entrepreneur.

Si l'entrepreneur procède à une assignation, le tribunal peut toujours être invité à réduire le prix du contrat à un montant raisonnable, malgré l'existence de l'offre signée. Gardez à l'esprit que cette réduction d'un prix contractuel convenu est une règle exceptionnelle qui ne peut être appliquée que si le client n'a pas été en mesure, en raison des circonstances, de demander et de comparer différentes offres.

L'architecte

Mon expérience des années  

 

L'architecte ne veut tout simplement pas entrer en conflit avec ses entrepreneurs car il doit travailler avec eux à chaque fois, et dans la plupart des cas avec le client une seule fois. Il devra donc toujours aplanir les plis entre les deux parties.L'architecte choisit souvent le camp de son entrepreneur, sans que le maître d'ouvrage ne s'en aperçoive. Au moins, il donne généralement l'impression au client qu'il est de son côté !

 

Les erreurs d'implémentation ne sont donc pas toujours signalées au client. Tous les architectes ne travaillent pas comme ça, il y a aussi ceux qui sont justes envers toutes les parties et font du bon travail, mais on ne sait jamais avec certitude jusqu'à sa propre expérience avec un architecte.  

Soyons clair

Un architecte demande des prix à différents entrepreneurs pour le même travail, dans l'espoir qu'il recevra des prix inférieurs et supérieurs au prix de son propre entrepreneur. En cela, il essaiera d'accorder l'avantage à son propre entrepreneur et mentionnera qu'il a une très bonne expérience avec lui, c'est possible, mais qui dit que les prix que son entrepreneur facture sont normaux et pas trop élevés, souvent l'architecte est estimation des coûts lié aux prix qu'il reçoit et connaît de ses sous-traitants, est-il donc impossible pour le client de savoir à partir de son devis s'il est correct ?

Un architecte travaille sur un pourcentage du projet total, donc plus les devis de ses entrepreneurs sont élevés, plus il peut facturer le client... logique ! En cela, l'architecte a tout intérêt à prendre le parti de ses entrepreneurs, il n'est donc certainement pas impartial. Il est également conseillé de faire vérifier vos devis soumis avant la signature du contrat afin de vous assurer que les prix facturés sont conformes aux prix du marché, afin que vous ayez la possibilité de négocier avec l'architecte et l'entrepreneur et que vous soyez sûr des prix facturés.  

 

Que cette mission supplémentaire statutaire de l'architecte-conseil soit un avantage pour le maître d'ouvrage est donc à mon avis impossible, car sur un chantier il est nommé architecte-conseil et sur un autre chantier il est architecte-designer. il y a de fortes chances que l'architecte-conseil entre dans le jeu pour ne pas défavoriser son confrère architecte-designer auprès de ses entrepreneurs !

Clé de formule sur la porte

Là aussi il faut faire attention si on veut travailler avec eux, ce que j'ai remarqué c'est que ces sociétés ne s'y prennent pas toujours de très près avec les versions/qualité/conditions et la facturation, on obtient une formule standard et si on veut d'autres choses comme ça comme cuisine/planchers ou installation, etc. alors les prix montent vite en flèche.

 

Si vous souhaitez travailler avec eux, renseignez-vous d'abord sur les références de cette entreprise avant de continuer. Il est également recommandé de vous faire assister lors de la livraison provisoire, car avec de telles entreprises, vous êtes seul et chaque partie impliquée (architecte/ingénieur et entreprise de construction) travaille avec et pour l'autre. Il n'y a d'ailleurs personne d'extérieur pour surveiller ces structures !

Un bon conseil !

Assurez-vous que tous les accords conclus sont également enregistrés verbalement ou répondez-y par e-mail, vous avez alors une preuve de vos accords également des délais, etc.

ex: Après notre rendez-vous téléphonique (oral) je confirme......

Ensuite vous recevrez toujours une réponse dès votre confirmation, et poserez souvent une question ouverte par mail pour obtenir une réponse en retour, alors vous aurez plus de preuves sur papier de vos accords !

 

Voir aussi le  loi de Breyne

Mission légale supplémentaire

Reste à savoir si l'introduction d'une énième mission légale supplémentaire pour l'architecte-conseil apportera réellement une solution au manque de protection de l'acquéreur privé au sein du secteur de la construction. La solution qui peut offrir un meilleur résultat est que les experts externes en construction excluent qui peut fournir un soutien aux constructeurs afin de maintenir les prix des entrepreneurs et des architectes à un niveau normal, de sorte que les constructeurs reçoivent finalement moins de paiement et une meilleure protection, également pour l'exécution des travaux. . Même avec ce coût supplémentaire pour l'assistance d'un expert en construction, vous pouvez payer encore moins qu'aujourd'hui, et vous pouvez alors être sûr que tout est vérifié et qu'aucun cadavre ne tombe du placard.

Et comme décrit ci-dessus « Cette nomination obligatoire est faite par l'acquéreur privé, qui jouit ainsi d'une totale liberté de choix quant à qui il souhaite nommer. La nomination doit éviter que l'acquéreur privé ne devienne victime en cas de problèmes dus à son inexpérience . " Après tout, la moitié de l'honoraire qui reviendrait en principe à l'architecte-concepteur devrait être allouée à l'expert-conseil en construction !

Enfin

Si je comprends bien, un architecte-conseil n'intervient que lorsque le conflit est déjà là, mais sur les prix/contradictions et

 

éléments imprévus dans le devis  avant de signer le contrat, on n'en parle pas, et c'est généralement là que ça commence. L'intervention concerne alors des litiges concernant d'éventuelles erreurs de construction et de facturation ?

 

Mais alors il est trop tard et les corps tombent déjà du placard , tout dépend comment un accord a été conclu et une fois que vous avez signé cet accord il est très difficile de revenir dessus mais pas toujours exclu, tout dépend selon quelle est l'expérience du conseiller intervenant dans la résolution de ces questions.  

Comme dit le proverbe, " regardez avant de commencer"  " ("Consultez, réfléchissez avant d'agir").

Et l'expert-conseil en construction n'a aucun avantage auprès des contremaîtres et en est complètement séparé, de ce fait il peut mener à bien sa tâche de protection du constructeur.

VG Expert n'est pas lié à tous les exécutants de missions tels que  entrepreneurs, architectes et autres prestataires de services dans le secteur de la construction. Nous sommes exclusivement au service directement pour le client et pour la protection du client.

Nous nous assurons que le client est protégé pour son projet.

 

 

Constructeur mieux protégé ?

CHAMBRE DES REPRÉSENTANTS DU POPULATION BELGE  

 

12 avril 2017

PROJET DE LOI

 

Relatif à l'assurance obligatoire de la responsabilité civile décennale des entrepreneurs, architectes et autres prestataires de services dans le secteur de la construction d'ouvrages immobiliers et modifiant la loi du 20 février 1939 sur la protection du titre et de la profession d'architecte.

 

RÉSUMÉ

 

Ce projet de loi poursuit un double objectif :

 

• Il met fin à la discrimination relevée par la Cour constitutionnelle dans son arrêt n° 100/2007 du 12 juillet 2007 ( http://www.const-court.be/public/n/2007/2007-100n.pdf ) . Dans cet arrêt, la Cour a relevé que « la discrimination ne résulte pas de l'obligation d'assurance imposée (aux architectes) par la loi attaquée, mais de l'absence de loi applicable aux autres « parties figurant dans l'acte de construction » d'une assurance comparable obligation." Cette loi vise à y remédier.

 

• Son objectif est de mieux réguler le marché de la construction et d'offrir une meilleure protection au maître d'ouvrage. Pour ce faire, elle met en place une assurance responsabilité décennale obligatoire pour tous les acteurs du secteur de la construction, notamment l'architecte, l'entrepreneur et les autres prestataires de services du secteur de la construction. L'avis du Conseil d'Etat n° 60329/1 du 16 décembre 2016 a été intégralement suivi.

 

 

Article dans Knack du 29/04/08

L'année dernière, un certain nombre de députés ont déposé un projet de loi pour mieux protéger les consommateurs pendant le processus de construction.

Selon l'exposé des motifs, le projet de loi servirait à mieux protéger les acquéreurs privés de maisons et d'appartements non encore construits. Selon les pétitionnaires, la loi sur le logement (également connue sous le nom de loi Breyne ) devrait être modifiée à plusieurs égards. Après tout, les derniers amendements à la loi sur le logement datent de 1993 et la loi offrirait une protection juridique insuffisante aux acheteurs privés de maisons et d'appartements. A titre d'exemple, le déséquilibre excessif entre les différentes parties (acheteur, vendeur, constructeur, architecte...) est pointé et les ventes liées dans le secteur de la construction devraient également être encore plus strictement encadrées.

Champs d'application

Tout d'abord, selon les auteurs du projet de loi, le champ d'application de la loi actuelle sur le logement devrait être mieux clarifié. Il existe encore aujourd'hui trop de vides législatifs et trop de structures se mettent encore en place pour échapper au champ d'application de la loi. Trop souvent, des accords-cadres sont conclus qui sont artificiellement décomposés en contrats séparés pour échapper au champ d'application de la loi.

 

Ainsi, selon les auteurs du projet de loi, une disposition "fourre-tout" (dont le but est de rendre obligatoires autant d'accords que possible dans le cadre et la protection de la loi) devrait être incluse dans la loi. Ceci afin d'éviter tous les abus et de soutenir la jurisprudence qui, faute de base législative, est souvent incapable d'appliquer la loi sur le logement, avec toutes les conséquences qui en découlent pour l'acquéreur privé.

Nomination d'un architecte-conseil

L'architecte est toujours obligatoirement mandaté par le maître d'ouvrage pour l'élaboration des plans et le suivi de l'exécution des travaux. Dans le cadre actuel de la loi sur le logement, l'architecte est donc généralement mandaté par le promoteur ou le vendeur de maisons ou d'appartements, dont il devra représenter les intérêts. Selon les pétitionnaires, les besoins spécifiques de l'acquéreur privé sont trop souvent négligés. Pour cette raison, selon eux, une intervention obligatoire supplémentaire d'un architecte-conseil devrait être introduite, qui ne doit se soucier que des intérêts de l'acquéreur privé.

 

Cet architecte-conseil devra assister l'acquéreur privé durant tout le processus de construction. Plus précisément, il vérifiera les plans, dessins d'exécution et devis et veillera à la bonne exécution des travaux. Il assistera également l'acquéreur privé lors de la réception provisoire et définitive. Selon les auteurs du projet de loi, tout cela devrait mieux protéger l'acquéreur privé, sans lui coûter beaucoup plus cher, bien au contraire. Selon les auteurs du projet de loi, la moitié de l'honoraire qui reviendrait en principe à l'architecte-designer devrait être allouée à l'architecte-conseil !

Temps d'exécution et compensation de retard

Toujours selon les pétitionnaires, il devrait également être beaucoup plus clair pour l'acquéreur privé quand l'entrepreneur ou le promoteur terminera les travaux de construction ou livrera la maison. Le dépassement du délai d'exécution entraînerait automatiquement un retard de paiement qui correspondrait au prix de location actuel du logement fini.

Présomption légale

Les auteurs du projet de loi souhaitent également introduire une "présomption légale" selon laquelle l'achat ou le contrat est toujours réputé à prix fixe. Les performances concrètes doivent être décrites de manière complète et concrète.

Paiement par chèque

La facture prévoit également l'obligation pour l'architecte-conseil de vérifier toute demande de paiement émanant de l'entrepreneur ou du cédant.

Meilleur régime de garantie

La loi logement en vigueur prévoit 2 types de garanties, une garantie pour l'entrepreneur agréé de 5% et une garantie dite d'achèvement pour l'entrepreneur non agréé de 100%. Selon les auteurs du projet de loi, ce dispositif est discriminatoire et la garantie de l'entrepreneur agréé n'est pas suffisante en cas de difficultés financières graves. Selon les pétitionnaires, le système de garantie actuel s'est également souvent révélé insuffisant, notamment dans la construction d'appartements.

 

Avec le projet de loi, ils espèrent donc mettre en place un régime de garantie uniforme auquel tous les acteurs du marché doivent adhérer, qu'ils soient ou non reconnus comme entrepreneur. L'achèvement de l'immeuble doit être garanti pour un montant forfaitaire de 130% du prix, également pour les appartements. Au fur et à mesure de l'avancement des travaux, le montant de la caution pourra être réduit. L'architecte-conseil aurait une importante tâche de suivi dans le système de garantie. Les pétitionnaires espèrent ainsi mettre un terme aux abus consistant à associer temporairement des entrepreneurs non agréés à des entrepreneurs reconnus pour échapper au régime de garantie.

Enfin

La partie la plus frappante de la loi logement nous semble en tout cas être l'introduction d'un nouvel acteur au sein de l'industrie de la construction, à savoir l'architecte-conseil. Cette désignation obligatoire est faite par l'acquéreur privé, qui jouit ainsi d'une totale liberté de choix de qui il souhaite désigner. Le rendez-vous doit éviter que l'acquéreur privé ne devienne victime en cas de problèmes dus à son inexpérience.

 

En effet, l'architecte-conseil doit accompagner l'acquéreur privé dans les différentes phases du processus de construction (réalisation, paiements, garantie d'achèvement), sans que cela n'entraîne un surcoût énorme pour l'acquéreur privé.

 

Après tout, cette nouvelle mission pour l'architecte implique de nouvelles responsabilités, ce qui provoquera sans aucun doute des conflits avec les autres responsables de l'industrie de la construction.  Reste à savoir si l'acquéreur privé en tirera finalement profit. Faites attention si ce projet de loi ne sera jamais transformé en loi !

En attendant, c'est un fait !

VISION ORDRE DES ARCHITECTES - CONSEIL FLAMAND

Concernant l'intervention d'un architecte non mandaté en tant que conseiller technique du maître d'ouvrage


§ 1. Si un architecte est consulté par un client qui a déjà une relation contractuelle pour le même ouvrage

     avec un architecte mandaté, l'architecte consulté agit en second lieu en tant qu'architecte conseil.

 

§ 2. L'architecte-conseil est convaincu que pour un ouvrage pour lequel l'intervention d'un architecte est légalement

     est nécessaire, un architecte mandaté a effectivement été nommé et ses coordonnées sont fournies.

 

     Après concertation avec le maître d'ouvrage, l'architecte conseil remet un rapport écrit dans lequel il :

 

     a) si aucun problème substantiel n'est identifié, réfuter les préoccupations du client ;

 

     b) si le client a douté d'une position de l'architecte commanditaire, et s'il apparaît que

       conformément aux dispositions légales et réglementaires applicables et aux règles déontologiques de la présente position du

       l'architecte commanditaire doit néanmoins être accepté, réfute les objections du maître d'ouvrage ;

 

     c) si des problèmes techniques sont effectivement identifiés, décrire ces problèmes et enquêter plus avant        recommande, sans préjudice de son obligation de sauvegarder la sécurité publique ;

 

     d) si les problèmes évoqués relèvent de la déontologie de l'architecte, renvoyer les parties au

       Ordre des Architectes, sans prendre position.

 

     Dans les cas énumérés sous c) et d), l'architecte-conseil doit, quelle que soit la suite de la démarche, apporter le      informer par écrit l'architecte commanditaire de son intervention et de ses conclusions.

 

3.  a) Si, conformément aux dispositions du § 2, c), la recommandation d'enquête complémentaire est suivie, le  

       l'architecte conseil informe par écrit les deux parties de la poursuite du cours prévu et les invite à  

       être présent lors des enquêtes. En vue de réconcilier les parties, le Conseil consultatif

       l'architecte s'engage à fournir des conseils techniques, en concertation avec l'architecte commanditaire, afin de trouver une solution

       se débarrasser du problème. L'architecte-conseil doit en tout état de cause établir un nouveau rapport écrit de sa

       conclusions et recommandations aux deux parties.

 

     b) Si un accord est trouvé entre les parties, le suivi de la mise en œuvre du        solution technique la tâche de l'architecte chargé de la mise en service, éventuellement en concertation avec le consultant        architecte.

 

§ 4. a) Si, conformément aux dispositions du § 3, a) une divergence d'opinion persiste entre les parties concernant la        solution technique proposée, l'architecte conseil l'inclura dans un rapport final écrit.

 

     b) Si le client résilie unilatéralement le contrat de l'architecte mandaté et si le        architecte conseil est désigné comme architecte successeur, il ajoute toujours le visé au a).        rapport technique sur la nouvelle convention architecturale et informe l'Ordre de ses précédentes        intervention en tant que conseiller. Les parties suivent la procédure de succession telle que déterminée par l'Ordre.

Le client, la responsabilité et l'engagement....publié par Katrien Fierens/  Plus d'informations

Liens intéressants

 

Le vice-Premier ministre Kris Peeters (CD&V) a vu une nouvelle loi entrer en vigueur à partir de 2017.....plus d'infos

 

Assurance obligatoire pour les entrepreneurs : quels sont les avantages et les inconvénients pour le maître d'ouvrage ?.....plus d'infos

Actif dans le bâtiment ? Attention à la nouvelle obligation d'assurance !.....plus d'infos

 

Ordre des Architectes : Que faire en cas de problème ?.....plus d'infos

"L'attitude du gouvernement envers l'architecte est ambiguë".....plus d'infos

 

Le contrat d'architecte.....plus d'infos

En tant que client, vous avez trois responsabilités principales : ..... plus d'informations

Coupe avocat : Obligations du client envers l'entrepreneur.....plus d'infos

Sur le chantier : vos droits et obligations en tant que constructeur.....plus d'infos

Aperçu de toutes les obligations dans la relation entre le client (client), l'entrepreneur et le sous-traitant.....plus d'infos

Obligations du client : déclaration de TVA spéciale.....plus d'infos


Pourquoi le nom VG Expert en or... parce que VG Expert vous donne des informations en or

bottom of page