top of page
Accueil / Erreurs de conception
Exemple de projet !
Conceptiefouten en koudebruggen - werf in Antwerpen
IMG_20201217_101757.jpg
IMG_20201217_101752.jpg
PXL_20201203_073501457.MP (1)
P1000776
P1000778
P1000773
P1000772
P1000774
P1000777
P1000769.JPG
IMG_20201217_101745.jpg

Découplage des nouveaux murs extérieurs avec les murs mitoyens (Koudebruggen)

Après mon conseil pour déconnecter les murs et éviter les ponts thermiques, l'ingénieur écrit ceci :

"J'ai lu dans le rapport de l'expert du maître d'ouvrage que la nouvelle paroi arrière doit être désolidarisée de la cloison de droite. Je le déconseille fortement, car cette cloison assure également la stabilité transversale de la cloison. Je n'accepte aucune toute forme de réclamation pour dommages liés à des dommages de construction si ces murs ne sont pas ancrés les uns aux autres.

 

L'ingénieur prend position ici et je comprends son inquiétude.

 

« Je le déconseille fortement car ce mur assure également la stabilité transversale de la cloison ».

 

J'entends aussi de lui où son souci est le plus dirigé, et ceci au premier étage sur le mur mitoyen du voisin de droite. Ici il précise qu'il pourrait y avoir un coude au niveau du mur mitoyen dans le sens de l'isolation et du nouveau mur car cela pourrait presser l'isolation !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En cela, j'ai répondu qu'il existe suffisamment de solutions pour contrer cela et toujours déconnecter le mur. Il ne parle pas de l'isolation proprement dite et du découplage, il s'agit plutôt de la stabilité transversale de la paroi chimique !

 

je déclare

 

Qu'est-ce qui a été fait maintenant?

 

1) Quickbuild n'est pas lié au mur commun !

2) Des barres d'acier auraient-elles été placées dans le mur mitoyen et entre les nouvelles maçonneries ? Comment cela a été fait et pour

   combien de couches ne sont pas claires pour moi, et est-ce fait avec un ancrage chimique et correct ?

 

Donc, parce que la nouvelle construction rapide est en fait juste construite contre elle et n'est fixée qu'avec ces ancres, je ne vois pas le problème de déconnecter ce mur. Ce n'est pas non plus une intervention destructrice majeure pour régler cela !

Je vais vous donner quelques exemples :

Utilisation de l'isolant antidéflagrant approprié comme solution. Après mes recherches, il y a certainement deux possibilités.

 

1) Panneaux isolants XPS : avec les propriétés suivantes - XPS signifie polystyrène extrudé. Le XPS est également appelé mousse rigide de polystyrène.

 

A quoi cela sert?  

 

Les panneaux isolants XPS sont souvent utilisés pour isoler les sous-sols, les murs creux, les murs intérieurs, les murs extérieurs, les sols et les toits car ils résistent à la pression ! sont disponibles en différentes épaisseurs.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2) Blocs de verre mousse = le verre cellulaire est un matériau isolant léger, dur et durable et se compose de millions de

   cellules de verre. L'isolation en mousse de verre offre une combinaison exceptionnelle de propriétés, dont l'incombustibilité, une très haute

   résistance à la compression garantie étanchéité à l'eau et à la vapeur et performances thermiques durables.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme ces briques de mousse de verre ne sont pas bon marché, on aurait pu utiliser celle-ci au premier étage, et celle-ci de 5 cm d'épaisseur pour qu'elle s'intègre bien avec l'isolant que l'on placerait à l'intérieur du mur mitoyen.

 

On aurait pu utiliser XPS au rez-de-chaussée.

Concrètement, un pont froid (pont thermique) est une liaison dans une construction dans laquelle le « froid » est conduit de l'extérieur vers l'intérieur de la construction. La conséquence de ce pont thermique est, outre les déperditions de chaleur, surtout la condensation de la vapeur d'eau dans l'air chaud, qui provoque parfois des moisissures et des nuisances olfactives.L'été c'est l'inverse, car alors l'air chaud peut entrer par le "ponts froids" !

 

Peut être résolu parfaitement avec mes deux propositions!

Après ma réponse à sa rédaction, ci-dessous la réponse de l'ingénieur !

" Je maintiens ici ma position selon laquelle les murs ne doivent pas être déconnectés. Il existe des matériaux isolants résistants à la compression qui, associés à des ancrages, peuvent fournir une rupture thermique tout en garantissant la connexion . La proposition de votre expert avec du verre mousse est un bon exemple de Ceci , cependant, c'est une solution très coûteuse pour la rupture de pont thermique. Cette proposition d'expert est possible d'un point de vue stabilité.

Ce n'est pas une solution coûteuse si on la compare aux problèmes qui peuvent survenir par la suite, d'ailleurs si on place Perinsul lors de l'érection du fast-build, ce n'est qu'un petit geste pour le placer juste contre le mur mitoyen. Seul le matériau est plus cher que les autres isolants, mais cela ne fait que quelques mètres !  

L'architecte aurait dû le savoir, mais quand je lui en ai parlé sur place, il est tombé du ciel. Je le considère donc comme responsable de sa méconnaissance de cela.

Ma réponse à l'architecte :

Je maintiens ma position que ces murs doivent avoir été déconnectés, donc encore à faire !

Erreurs conceptuelles  lors de l'utilisation de poutres et de colonnes en acier au lieu de béton !

L'histoire commence  dans les plans dressés en 1930 :

Lire et comprendre des plans de construction très anciens " c'est un must " , qui est une base pour un architecte diplômé et doit gérer les connaissances nécessaires de cela, Incompréhensible cela n'était pas le cas ici, et les conséquences d'erreurs conceptuelles pèsent lourdement !

plans de construction existants et nouveaux!

Sur mon enquête plus approfondie, j'ai remarqué ce qui suit.

 

1) Sur les plans de construction existants en date du. du 21 mars 1930 je remarque que les murs moyens 28 cm ou 36 cm sont indiqués ici

   (36 cm a été barré) situation existante est de 18 cm, ainsi que puisard avec cloison et couvercle (accès par cour extérieure)

   dessiné dans la zone de construction et juste contre les toilettes extérieures.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

plans de construction existants dd. du 21 mars 1930                       Nouveau plan daté. 04/11/2020

2) Sur les plans ajustés en date du. du 26 septembre 1958, cette maison a déjà été rénovée et n'est plus mentionnée !

3) Sur plans neufs datés. du 04/11/2020, le puisard a été mal dessiné et l'épaisseur moyenne de paroi de 28 cm a été tirée de

   les plans existants de 1930.

 

   De plus, un mur de séparation de 18 cm entre le hall et le salon / pièce intermédiaire a été repris, situation existante 10 cm .

4) Le mur intermédiaire du hall et du salon/pièce intermédiaire est indiqué sur les anciens plans à 18 cm ou 10 cm !

5) Sur les nouveaux plans datés. du 04/11/2020, il est indiqué : "aucun test destructif effectué" Vous n'avez pas besoin

    abattre des constructions pour remarquer différentes choses sur place !

 

Je déclare:

 

a) Murs mitoyens : si vous regardez les murs mitoyens à l'arrière de la maison (jardin), vous remarquez immédiatement que le mur mitoyen à gauche ne fait que 18 cm au lieu de 28 cm ! Par la présente on vient ajuster les nouveaux plans "avant" que les travaux aient commencé !

b) Toujours depuis le jardin, vous remarquez immédiatement un couvercle à l'extérieur de la zone de construction qui donne accès au puisard !

c) Mur intermédiaire du hall et du salon/salle intermédiaire : si vous aviez bien regardé les anciens plans de 1930, vous avez pu remarquer que le

   l'architecte de l'époque a laissé deux choix à l'entrepreneur, toutes les épaisseurs de murs sont 36/28 - 18/10 - 28/18, dans le hall sur place

   était-il aussi facile de vérifier s'il s'agissait de 18 cm ou de 10 cm ? C'est donc 10 cm !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je constate que la maison a été trop peu ou pas du tout fouillée sur place et a simplement utilisé les anciens plans de 1930 comme étalon, sauf pour le cloaque car mal dessiné.

Il est très clair que cela a eu un impact très important dans un changement impératif ultérieur qui a dû être effectué "pendant" les travaux de construction qui avaient déjà commencé. Notamment un changement de stabilité qui a pour conséquence qu'il y a désormais des poteaux partout et des remplissages d'au moins 20 cm sont désormais nécessaires, et ce dans des murs plein gyproc avec une énorme perte de place. Avant ce changement, l'ingénieur avait prévu des superpositions partout "dans" les murs moyens de 28cm ce qui aurait été une grande différence par rapport à ce que l'on voit maintenant !

L'architecte écrit ce qui suit dans son rapport de chantier, lors du démarrage des travaux :

 

"Étude de stabilité débordée : Ing. A ajusté l'étude de manière à ce que la structure devienne plus légère. Ici, des murs en éclats de 28 cm d'épaisseur ont été pris en compte. Lors de la vérification, il est douteux que les murs en éclats aient l'épaisseur dessinée de 28 cm. les plans d'archives). L'étude sera à nouveau ajustée, car en l'absence des murs en chape de pierre 1,5, les chaussons ne peuvent pas être réalisés sur ceux-ci."

 

Bien entendu, cette détermination aurait dû être déterminée au préalable, et ce lors d'une étude préalable avant que les plans ne soient soumis à l'urbanisme !

L'architecte

 

Si l'architecte avait pu « comprendre et comprendre » les anciens plans de 1930, et qu'il avait fait une comparaison sur place, cela aurait été une toute autre affaire. A mon avis il n'a en aucun cas fait une étude approfondie dans ce dossier, avec les conséquences connues, et une très grosse déception pour les propriétaires, et de sérieux surcoûts. L'architecte n'a pas travaillé professionnellement dans ce domaine et je manque d'expérience dans un tel projet.

 

L'entrepreneur n'est d'ailleurs pas exempté de cela, un entrepreneur est censé gérer la pleine connaissance des événements de construction, s'il avait travaillé mieux et plus minutieusement lors de la visite de son chantier, et ce en comparaison avec les plans de l'architecte, il aurait également avait cette erreurs dans ses plans.

 

 

L'architecte écrit :

Poutres métalliques : La pose de poutres métalliques sur un mur mitoyen est faisable mais aussi coûteuse
à cause des risques. L'ensemble de l'exécution de l'acier a été discuté avec l'entrepreneur et
ingénieur lors de la première réunion de chantier sur site. Conformément à l'application
mise en œuvre déterminée. Là encore, nous suivons les conseils de l'ingénieur. Je ne pense pas non plus que le
l'ingénieur avait suggéré une version différente à un autre entrepreneur."

Contrairement à ce qu'écrit l'architecte, l'ingénieur avait en effet élaboré une version différente, toutes les charpentes métalliques étaient en effet destinées à être imposées dans les murs mitoyens que l'architecte indiquait être de 28 cm , et non de 18 cm comme elles le sont actuellement ! Le résultat est qu'il y a maintenant des colonnes partout !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au vu de tout cet antécédent de cette maison, je maintiens mon opinion qu'il aurait été préférable d'opter pour une construction en béton dans des versions en acier, alors de nombreux problèmes de surcoût et de perte d'espace dus aux colonnes en acier auraient été résolus avec ce!

 

Au final, l'architecte avoue dans sa deuxième lettre que la construction en béton était bel et bien possible ici, quand j'ai lu ça j'ai failli tomber de ma chaise de bureau ! Bien trop tard pour s'en remettre. Il a toujours insisté sur le fait que je n'en savais rien et que mon rapport était plein d'erreurs, de lacunes et de divergences ? Il se demande également si j'ai suffisamment d'expérience et si j'ai reçu une éducation, jusqu'à ce que l'ingénieur confirme mes conclusions et ne désapprouve pas, la réponse de l'architecte est différente maintenant. Je ne m'attends pas à de telles déclarations d'un architecte qui a eu une solide formation, je peux m'attendre à cela d'un entrepreneur ! 🙂

Sa réponse :

"Construction en acier – construction en béton : la structure du nouveau bâtiment arrière avait en effet
le béton peut être réalisé."

Cela montre bien à quel point cet architecte est inexpérimenté et a trop peu de connaissances pour pouvoir mener à bien un tel projet selon les besoins des propriétaires !

Il y a aussi pas mal de questions sur la responsabilité de l'architecte à cet égard ; Notamment l'absence de suivi régulier des remarques et d'information des nouveaux propriétaires sur les sujets ayant un impact significatif sur l'utilisation et la jouissance quotidienne de ce bien.

 

L'architecte a une mission d'audit ainsi qu'une obligation d'assistance au maître d'ouvrage. S'il constate des manquements lors de l'exécution de sa mission d'audit, il doit d'abord en informer le client, en premier lieu au moyen de rapports de chantier.

 

Ces rapports de chantier sont indispensables pour que l'architecte puisse démontrer qu'il s'est acquitté de son devoir de visite régulière de chantier et qu'il a informé le maître d'ouvrage des manquements qu'il a relevés et qui ont été commis par l'entrepreneur et qu'il les a corrigés.

 

Le contracteur

Ici, l'entrepreneur a l'habitude de toujours utiliser des structures en acier plutôt que des structures en béton parce que l'entrepreneur n'a aucune expérience dans ce domaine ?  

 

Et pourtant il est entrepreneur général ?

L'entrepreneur n'en est pas exempt non plus, on attend d'un entrepreneur qu'il gère la pleine connaissance des événements de construction, s'il avait fait mieux et plus minutieusement lors de la visite de son chantier au préalable, et ce en comparaison avec les plans de l'architecte, il aurait aussi ces des erreurs dans ses plans ont également été notées.

Si cet entrepreneur n'a pas assez d'expérience pour pouvoir réaliser ces travaux selon les besoins et l'assistance à la demande des propriétaires, il n'aurait jamais dû accepter cela !

 

On attend également d'un entrepreneur qu'il soit en mesure d'assister l'architecte et l'ingénieur, afin de pouvoir échanger avec eux et les maîtres d'ouvrage sur ses expériences en matière de stabilité et d'événements de construction qu'il doit ainsi gérer, comme dans la construction en béton au lieu de l'acier, et quel est l'impact de l'utilisation et de la jouissance quotidiennes de cette maison, etun coût !

Désolé pour ce beau projet !

IMG_20201217_101745.jpg
xps-isolatie.jpg
unnamed.jpg
TDS-215(1).png
Knipsel(2).png
002_Plan.png
Scan0002.jpg
IMG_20201217_101745.jpg
IMG_20201217_101804(10).jpg


Pourquoi le nom VG Expert en or... parce que VG Expert vous donne des informations en or

bottom of page